Etre une sentinelle

« Veillez donc, car vous ne savez quand viendra le maître de la maison, ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez. »

Marc 13:35

 

Nous entrerons sous peu dans la belle saison de l’Avent. Le mot « Avent » veut dire « venir », ce qui signifie « ce qui doit venir ». La période de l’Avent est donc le temps de la préparation de la fête de Noël, quand nous célébrons la première venue de Jésus-Christ, il y a environ 2000 ans. Par ce texte de la parole de Dieu, nous sommes invités à attendre ce qui doit venir, en continuant à veiller, en exerçant notre vigilance. Le mois de décembre, ainsi que la saison particulière dans laquelle nous vivons, sont donc marqués par l’attente de ce qui doit venir. Il est important d’être prêt, plus que jamais, pour la venue de Jésus, comme une famille est prête pour attendre la venue d’un nouvel enfant.

Dans ce chapitre 13 de l’évangile de Marc, nous notons la forme impérative à trois reprises, avec quoi Jésus met ses disciples au défi. Soyez prudents et restez réveillés ! Tout pouvoir vous est donné, comme aux serviteurs de l’homme qui est parti en voyage, mais maintenant, il revient, et il ne sait pas quand, « le soir ou vers minuit, au chant du coq ou le matin ». Alors veillez ! Les disciples sont mis au défi comme partenaires du maître qui est en train de partir… Ils sont alors confrontés à leur responsabilité, « tout pouvoir vous a été donné », dans leur liberté d’agir : Soyez conscients et veillez ! Car le Seigneur reviendra de manière inattendue, et il souhaite vous trouver irréprochables ce jour-là. Le message est dur mais plein d’espoir, rien n’est perdu.

Au premier regard, continuer à veiller ne semble pas être facile ou naturel. En fait, continuer à veiller n’est pas évident. En général, quand nous veillons, cela se passe la nuit, pour protéger quelqu’un ou quelque chose. Continuer à veiller n’est pas toujours quelque chose d’amusant, car souvent, rien ne se passe, et c’est même la meilleure situation qu’une sentinelle puisse espérer. Par contre, la sentinelle peut vivre quelque chose de profond quand elle est dans une attitude d’ouverture d’esprit.

Veiller veut dire rester ouvert à la présence de Dieu dans nos vies. Veiller ne veut pas dire manquer l’essentiel. Veiller veut aussi dire agir, être actif aujourd’hui, afin que le royaume de Dieu puisse grandir ! Veiller veut dire faire attention de ne pas s’endormir facilement, par négligence, par compromis. Veiller veut dire savoir comment s’arrêter et concentrer tous les sens sur l’alerte pour discerner une présence discrète. Veiller ne veut pas dire rester passif, en se disant que ce qui doit arriver va arriver de toute manière. Veiller ne veut pas dire être agité dans tous les sens. Veiller veut dire, rester ouvert aux choses inattendues de la part de Dieu.

Veiller est tout d’abord être attentif à ce qui précède la venue du Seigneur dans nos vies. Chaque jour et chaque minute peuvent être importants ! Dans notre vie de tous les jours, nous devons être vigilants, c’est dans chacune de nos rencontres que nous pouvons semer un peu de la lumière de Dieu. Chaque jour, nous pouvons nous donner nous-mêmes… Chaque jour, nous pouvons nous occuper des autres.

Alors que nous sommes dans cette attente pleine d’espoir, Jésus nous dit dans ce dernier verset : « Ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez ». (Marc 13 : 37)

 

Prière : Ces 4 prochains dimanches, je vous propose 4 différentes prières, écrites par des gens de différentes dénominations, qui nous permettent de nous rappeler aussi dans cette période de l’Avent, que l´unité des chrétiens est sur le cœur de Dieu, qui a envoyé Jésus, son sauveur merveilleux, pour toute l’humanité.

Fais de nous des sentinelles

Seigneur, au début de cette période de l’Avent, viens et réveille nos cœurs fatigués, secoue notre torpeur spirituelle. Permets-nous d’écouter à nouveau le chuchotement de ton esprit qui prie, veille et croit en nous. Seigneur, fais revivre notre attente, la vigilance active de notre foi, afin que nous puissions nous engager partout où la vie est méprisée, l’amour foulé, l’espoir menacé, l’homme détesté.

Seigneur, dans cette période de l’Avent, fais de nous des sentinelles qui préparons et accélérons la venue et le triomphe ultime de ton royaume, celui du règne de l’amour.

Dieu a choisi de se faire attendre lui-même.

Dieu, tu as choisi de te faire attendre toi-même pour toute la période de l’Avent.

Je n’aime pas attendre dans une file.

Je n’aime pas attendre mon tour.

Je n’aime pas attendre le train.

Je n’aime pas attendre pour juger.

Je n’aime pas attendre le moment.

Je n’aime pas attendre un autre jour.

Je n’aime pas attendre, car je n’ai pas le temps et je vis seulement au moment même.

Tu le sais en outre, tout est fait pour m’éviter d’attendre : les cartes de crédit et le self-service, la vente à crédit et les distributeurs automatiques, les appels téléphoniques et les photos instantanées, les télex et les ordinateurs, la télévision et les flashs radio…

Je n’ai pas besoin d’attendre les infos, elles me précèdent.

Mais toi, Dieu, tu as choisi de te faire attendre toi-même pour toute la période de l’Avent.

Car tu as fait attendre l’espace de la conversion, le face à face avec ce qui est caché, l’usure qui ne s’épuise pas.

Attente, juste attendre, attendre pour attendre, l’intimité avec l’attente qui est en nous, car attendre réveille notre attention et seule l’attention est capable d’aimer.

Tout est déjà donné lors de l’attente, et pour toi, Dieu, attendre est conjugué avec la prière.

 

Père Jean Debruynne

Un prêtre de Mission de France, aumônier principal des Guides de France et des Scouts de France (parmi d’autres mouvements) depuis plusieurs années. Le père Debruynne est connu pour ses talents de poète (inspiré par Jacques Prévert) et d’écrivain.

 

Citation : Veiller veut dire rester ouvert à la présence de Dieu dans nos vies.

Ne ratez jamais un article !

Restons en contact.

X